« Caresses » d’Emmanuelle Houdart

En janvier dernier j’ai brodé brodé brodé et scrolé scrolé scrolé sur Instagram parce que c’est à peu près la seule activité que bébé me laissait faire… Grâce au compte de Julie Jolis Songes sur Instragram j’ai découvert qu’une artiste illustratrice de son métier, Emmanuelle Houdart, recherchait des brodeuses pour participer à son projet de mains brodées en vue d’une exposition d’art contemporain. Ce qui m’intéressait dans ce projet c’était le fait qu’il soit porté par une artiste professionnelle d’une part et qu’il soit participatif d’autre part…

Je ne me considère aucunement artiste ni brodeuse encore moins artiste brodeuse bien qu’au fond de moi j’en rêve un peu… Etant dans le métier mais plus du côté des « programmateurs » ou « organisateurs » je sais que ce sont des métiers difficiles de tout temps, difficile de gagner sa croûte avec, et, vous pensez bien, qu’en ces temps si différents où la culture est mise au placard, c’est une lutte sans merci pour la survie. Aucune aide n’est prévue pour tous ces « laissés-pour-compte », tu exposes, tu crées, tu gagnes un peu, tu n’exposes plus tu ne gagnes plus, ni en visibilité, ni en monnaies sonnantes et trébuchantes. Alors, voilà, si j’ai pu, à mon échelle, contribuer à ce qu’un projet puisse s’étoffer, j’en suis fort aise !

« Caresses » c’est une main ailée à broder qu’Emmanuelle Houdart vous envoie. Il faut imprimer le fichier puis transférer sur le support tissé. Elle peut également vous envoyer la main déjà confectionnée pour la broder. Personnellement, j’ai préféré transférer le dessin avec ma planche lumineuse. J’ai redessiner directement mon motif sur la main d’Emmanuelle afin d’être plus précise, j’ai travaillé le modelé pour créer du volume. J’ai choisi d’utiliser de la toile chaine et trame en coton ou lin, c’était une chute de tissu dont je ne connais pas l’origine. J’ai choisi ce morceau pour sa couleur aussi : caramel. Je voulais une main de peau mate comme ma fille aînée et son papa.

Et qui dit main dit Khamsa en arabe… Khamsa ou la main de Fatima, amulette de protection contre le mauvais œil, mais aussi la main tatouée au henné. Le henné est une plante réduite en poudre qui sert notamment à tatouer les mains et les pieds lors de la cérémonie du Henné. Cette cérémonie se déroule la veille du mariage au Maroc, notamment. Si vous laissez poser toute une nuit en humidifiant régulièrement la pâte et que vous enroulez vos mains et pieds dans des linges pour protéger les dessins, vos mains seront d’une couleur orangée intense et le tatouage restera un mois environ. Si vous préférez une teinte plus pâle il ne faut laisser le dessin au henné que quelques heures seulement. Le tatouage au henné est très répandu car dans la religion musulmane, il est interdit de transformer son corps de manière définitive. De fait, ce tatouage étant éphémère cela est très pratiqué contrairement à l’encre utilisée dans d’autres cultures.

Donc pour moi broder une Caresse ce devait être une main tatouée au henné, clin d’œil à une nuit d’été où j’ai assisté à une cérémonie de Henné…

Et pis comme nous avons deux mains, n’est-ce pas, j’en ai fait deux, une droite et une gauche, avec quelques variantes sur la seconde au niveau des motifs et des coloris choisis. La première est fidèle à la couleur du henné et c’est, de plus, ma couleur préférée, une couleur qui pétille, qui mets de bonne humeur. J’ai ajouté des perles car sur les mains tatouées parfois la dame mets des poudres pailletées pour faire joli.

Comme il me restait un peu de tissu, je me suis dit que j’allais en faire une troisième. Et cette fois-ci j’ai eu l’idée d’écrire des mots : Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout… Comme c’était la période de la St Valentin, j’avais en tête de faire une marguerite au centre et de mettre les mots au niveau des doigts… Sauf que je n’ai pas eu assez de place pour le faire ou alors cela n’aurait pas été très lisible. Après j’avais aussi en tête les événements tragiques de cet automne et ce désamour supposé de la culture islamique, cette aveuglement qu’à notre pays face à son passé colonial, à son histoire. Je voulais rendre hommage en quelque sorte à ce professeur d’histoire qui a connu un destin funeste et tragique… Alors j’ai choisi d’écrire ces mots en bleu blanc rouge, couleurs de notre patrie. Je voulais mettre un drapeau au centre à la place de la marguerite et puis j’ai laissé tombé cette idée et j’ai préféré rester « soft ».

Mes mains brodées fonctionnent comme un triptyque mais elles ont été créées aussi de telle sorte qu’elles fonctionnent seules lors de l’exposition d’Emmanuelle Houdart.

1 Comment

  1. Ah oui !!! Ce mariage au Maroc !!! Quel dommage de ne pas y être allé ! Heureusement qu’un film a été fait et j’ai pu admirer les belles toilettes et les beaux tatouages au henné !
    Très belles ces mains ! Félicitation pour la patience !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s